MounirGouri \Installation Routes Cousues 2017 \Copyright Adem Yahioui

MounirGouri \Installation Routes Cousues 2017 \Copyright Adem Yahioui

 

 Je viens d'une ville ou ont eu lieu de nombreuses migrations clandestines Annaba, ici, les jeunes en désespoir d’une vie sociale telle à laquelle ils aspirent, veulent tous partir vers l'Europe…. Ce fléau qui prend des proportions dramatiques a déjà fait l’objet de plusieurs œuvres autour desquelles j’ai travaillé, et je continue encore…

Un jour je me suis levé le matin pour prendre mon petit déjeuner et j’ai vu des assiettes posées sur la table. J’ai senti que quelque chose pouvait se passer par rapport à cette vision : j’étais frappé par la forme de l’assiette. Je me suis dit que cela serait bien de travailler avec cet objet comme médium. J’ai aussi introduit cette idée de couture par rapport à des anciennes réflexions où j’avais tenté des coutures sur d’autres objets comme par exemple des chaises en plastique. Ce n’était pas des œuvres officielles, justes des expérimentations.

Au même moment, j’ai lu un article sur le problème des passeurs de clandestins sur les frontières de la Turquie jusqu’à la Grèce. Avec tous ces débuts de pistes de travail, je me suis mit dans un terrain de recherche entre les coutures et les tracés de frontières. Il y a un dicton populaire "Trik mkhayta" (Routes Cousues) qui donne sens au titre de mon projet. Cela signifie un arrangement illégal, un marché conclu, un passage assuré. Dans l’œuvre, avec un fil noir, je cous ces frontières, ces routes, ces passages sur les assiettes en argiles blanches reproduisant le sens de ce dicton. Des coutures comme des cicatrices qui rappellent les cicatrices sur le corps des jeunes hommes que je photographie à Annaba.

J’ai donc intervenu à travers des coutures au fil noir sur 16 assiettes en argile blanche que je me suis procuré chez un céramiste de la ville. Ces objets représentent plusieurs « frontières-cicatrisées » et se présentent dans une installation accrochée sur le mur. La dernière assiette de cette série  est cassée avec des fragments étalés et raccrochés par les fils, comme un éclat de rage.